Soon Covid-19 tests directly on his smartphone?

This is the story of a meeting between researchers from Lille and Marseille.

From the beginning of the pandemic, this multidisciplinary project was born from an unprecedented and close collaboration between 3 partners:
IEMN (Pr Sabine Szunerits, Dr Rabah Boukherroub, Quentin Pagneux), un laboratoire de biologie des anticorps de l’université de Marseille et du CNRS (Dr Christian Cambillau et Dr Alain Roussel) et le Centre Hospitalier Universitaire de Lille (CHU Lille)  (Pr David Devos, avec des virologistes Dr Kazali Alidjinou, Dr Ilka Engelmann et des spécialistes des maladies infectieuses Dr Emmanuel Faure et Pr Julien Poissy, Dr Anne Sophie Rolland).

Le dispositif est basé sur le greffage de petits anticorps appelés « nanobodies » à la surface d’une électrode pour réaliser des mesures par électrochimie. L’interaction entre le « nanobody » immobilisé sur la surface de l’électrode et la particule virale induit un changement de courant. Le test utilise une technique électrochimique qui permet la détection rapide de ce signal en 10 minutes. Il s’agit d’une technique révolutionnaire et inédite qui révèle le virus vivant ; il représente donc un test d’« infectiosité » un test d’infection active du covid-19 ; s’il est positif cela veut dire que la personne porte un virus vivant actif et non une ancienne contamination ! La technologie développée dans ce projet est très innovante et donne au dispositif un avantage concurrentiel indéniable.


It is reported in major national and international media:

Top Santé            BFM TV             France Info           M6        The Guardian