Un grand bravo à Léa Rosselle, doctorante à l’IEMN, dans le groupe NanoBioInterfaces, qui a décroché la 2e place sur 12 candidats à la finale régionale de Ma Thèse en 180 secondes !

Son sujet de thèse, dirigée par Sabine Szunerits, porte sur la Livraison transdermique de médicaments à la demande pour le traitement des infections de plaies chroniques.

La MT180, organisée chaque année par la CPU (Conférence des présidents d’université) et le CNRS, récompense 3 doctorants. L’organisation diffère cette année en raison de la situation sanitaire. Suite à une présélection en mars, l’événement, qui avait été reporté, s’est déroulé à huis clos devant 6 membres du jury. Il n’y aura pas de finale nationale à Paris, cependant, les lauréats de cette année pourraient concourir à nouveau l’année prochaine pour briguer la finale.

Léa : “j’avais très envie de participer à ce concours. C’était un défi pour moi qui ne suis généralement pas à l’aise à l’oral. J’avais aussi envie d’être capable d’expliquer mon sujet de thèse à un public non-scientifique, ce qui est un autre challenge.
Mais c’était avant tout un moyen de m’amuser en écrivant un texte qu’un doctorant n’a pas l’occasion d’écrire pendant sa thèse. On se pose un tas de questions lors de la préparation : est-ce assez scientifique ? Assez précis ? Assez compréhensible ?
Je suis très honorée d’avoir ce prix et très fière que le jury ait apprécié mon texte et ma prestation.
En plus des compétences orales et de vulgarisation, je pense que le prix apporte aux doctorants une visibilité qui leur fait parfois défaut.”

Voir la vidéo de Léa réalisée par l’université : ici